De nombreux économistes1 2 ont étudié les paris mutuels car ce sont des marchés où des acteurs définissent des prix. Les rapports du pari mutuel sont en effet le fruit d’un consensus. Les joueurs ont intérêt à miser sur un cheval s’ils considèrent que son rapport est trop haut par rapport à ses chances de réussite. Et il y a beaucoup d’information disponible via la presse, les sites, Equidia.

Malheureusement les économistes qui ont étudié les paris mutuels sont formels : le pari mutuel est aussi efficaces que les autres marchés. Les rapports des paris mutuels sont un excellent indicateur des chances réelles d’un cheval.

Presque tous les économistes ont malgré tout trouvé une anomalie dans les rapports des courses de chevaux : le favourite-longshot bias : les joueurs ont tendance à ne pas miser assez sur les favoris et à trop miser sur les toquards.

Ne vous emballez pas, ce biais n’est pas suffisant pour que miser systématiquement sur le favori soit une proposition de pari à espérance positive. Dommage. Mais les joueurs vont perdre moins en misant 1000 fois 1€ sur le favori qu’en misant 1000 fois 1€ sur des toquards.

Le marché des rapports est terriblement efficace et l’organisateur des courses retire 15% à 35% des mises. Pour transformer le pari mutuel en proposition de pari à espérance mathématique positive, il faut être meilleur que le marché, et le battre suffisamment pour compenser la déduction de 15 à 35% sur les gains.

Gagner en ayant plus d’information ?

C’est possible par exemple en ayant des informations que le marché n’a pas. L’entourage des chevaux a le droit de parier :

L’interdiction de parier faite aux jockeys et aux entraineurs n’est pas contrôlée ; cette interdiction ne concerne pas les propriétaires de chevaux ni les dirigeants et personnels de sociétés de course.

https://www.ccomptes.fr/content/download/96070/2214816/file/20161019-discours-regulation-jeux-argent-et-hasard.pdf

Et l’entourage n’a pas l’obligation de divulguer des informations importantes pour évaluer les chances d’un cheval (c’est obligatoire dans les marchés d’actions par exemple).

Les personnes qui ont des informations que le marché n’a pas peuvent donc repérer des erreurs. Mais en misant, ils améliorent le marché : après leurs mises les rapports seront de meilleurs estimations des chances d’un cheval.

Gagner en jouant en dehors du pari simple ?

Ensuite, il y a peut-être des erreurs dans les jeux ‘exotiques’ ? Le marché est terriblement efficace pour trouver les chances qu’un cheval a de finir premier (Simple Gagnant), mais peut-être qu’il se trompe sur les chances qu’ont deux chevaux de finir 1er et 2ème (Couplé) ? Des économistes ont trouvé des erreurs sur les Couplés, mais ils ont visiblement gagné plus d’argent en vendant leurs livres qu’en pariant : https://www.amazon.fr/Beat-Racetrack-William-T-Ziemba/dp/0151112754

En France le prélevement sur le Jeu Simple est de 15%, il est de 25% sur les Couplés. Même si des erreurs existent, sont-elles suffisantes pour qu’il soit possible de gagner ?